EngagéEngagé Bonne idéeBonne idée

NOMOPHOBIE : l'addiction à votre téléphone ?

nomophobie

Vous avez déjà rebroussé chemin un matin pour retourner chercher son portable oublié à la maison ? Vous angoissez dès que votre batterie affiche moins de 10% ? Et si c’était de la nomophobie ? 

NOMOPHOBIE : de quoi s'agit-il ?

La nomophobie, contraction de « NO MOBILE PHOBIA » est la peur de ne pas avoir de téléphone portable à proximité. Il s’agit d’un état d’anxiété et d’inconfort qui découle de la peur de se retrouver sans son téléphone mobile. En soit, être nomophobe se traduit dans le langage courant pas une addiction au téléphone.

Le terme a été inventé en 2008 par des psychologues de l’Université de l’Indiana et il n’a cessé de gagner en popularité depuis.

Il existe différents types de nomophobie :

  1.  Anxiété de déconnexion : l’anxiété de perdre le contact avec les autres si son téléphone portable n’est pas à portée de main.
  2. Anxiété liée au vol d’identité : l’anxiété à l’idée que son identité soit volée si son téléphone portable tombe entre de mauvaises mains.
  3. Anxiété de communication : l’anxiété qui se produit lorsque vous ne pouvez pas accéder à votre téléphone ou qu’il est hors tension. 

SYMPTÔMES et signes de NOMOPHOBIE

addiction téléphonePour l’heure, l’addiction aux téléphones mobiles n’est pas une addiction reconnue dans le DSM (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) au sens clinique du terme. Il existe d’ailleurs peu de groupes de parole à ce sujet !

Pourtant, il n’est pas rares d’éprouver des symptômes de nomophobie allant du stress, de la culpabilité jusqu’à de la panique et de l’anxiété

Quelques signes à connaître : 

  • Les personnes nomophobes ont souvent tendance à sur-vérifier leurs notifications SMS, whatsapp ou leurs réseaux sociaux .

  • Les personnes souffrant de nomophobie ont du mal à s’impliquer et à se concentrer sur les tâches quotidiennes, craignant de perdre la connexion et l’accès à l’information.

  • Les personnes nomophobes peuvent avoir des crises d’angoisse quand elles découvrent que leur portable est déchargé.

  • Il y a un trouble si le patient ressent une souffrance, a du mal à s’auto-régulier et sent une perte de liberté dans son quotidien.

Le portable est devenu une extension de notre main !

Bonnes pratiques !

addiction téléphoneDans l’équipe de l’Optimisme, nous avons réalisé que nous étions TOUS dépendants de nos téléphones pour leurs multiples fonctionnalités  :

  • réveil : autant vous dire que sans batterie, on risque de rater des RDV ;
  • GPS : plus de batterie = plus de plan ;
  • walkman (on avait envie d’employer ce mot probablement inconnu des plus jeunes…) pour se balader en musique ;
  • 50 autres fonctionnalités ;
  • éventuellement l’utiliser pour passer des appels mais on doit bien avouer que ce n’est plus du tout son utilité première.

Un ami nous a d’ailleurs indiqué voir son téléphone comme « un terminal de paiement ».

« Si je regarde bien, j’ai en main la possibilité d’acheter mes billets de train, des fringues, de la bouffe, de commander mes taxis, etc.. En réalité, je n’appelle jamais personne.

Ce que les membres de l’équipe ont mis en place :

  • désactiver les notifications de tous les réseaux sociaux,
  • paramétrer la messagerie mail pour qu’elle relève automatiquement les mails seulement une fois par heure,
  • se donner la permission de ne pas répondre dans la minute, ni dans la journée,
  • laisser son téléphone volontairement dans une autre pièce.

Un apprentissage

Sommes-nous tous dépendants ? Le portable est-il le doudou des temps modernes ? Est-il l’extension de notre main ? 

Notre équipe travaille au quotidien sur les réseaux et avec l’ensemble des outils digitaux. Ces bonnes pratiques nous permettent de préserver notre santé mentale.

Il n’est pas facile de se prêter à ces exercices, mais progressivement, étape après étape, vous pouvez revoir votre rapport au temps et à l’urgence. 

Petit conseil : vous pouvez installer Checky (il existe bien d’autres applications du genre) pour découvrir combien de fois par jour vous consultez votre téléphone : autour de nous, jusque 225 fois par jour !

Connaissiez-vous ce mot ? Quelles sont vos astuces pour diminuer votre addiction au téléphone ? Dites-nous dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux !

logo linkedin logo facebook logo instagram logo twitter

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Proches aidants

Les proches aidants : et si on en parlait ? Interview d’Awa Camara

ignorance

« Santé mentale, c’est l’ignorance qui fait mal ! » : pourquoi ce slogan à l’Optimisme ?