Ecrire sur la vie après la mort: le “coming out” de Virginie

mort 1

La mort est taboue dans notre société. Pourtant, elle est universelle. Virginie Landemaine a osé parler de ce rapport si particulier qu’elle entretient aujourd’hui avec la vie et la mort depuis le décès de sa maman. Dans son livre, “Et n’oublie pas de danser avec la vie”, elle nous parle avec bienveillance et optimisme de sa vision de “la vie après la mort” et de ses réflexions à ce sujet. Découverte. 

Pourquoi avoir choisi d’écrire un livre sur la vie après la mort ? Pourquoi est-ce important pour vous d’aborder ce sujet ?

Le sujet de ce livre s’est imposé à moi naturellement, comme une évidence. Au fur et à mesure de mes découvertes, mes expériences et mon cheminement, il allait de soi que je devais partager cela. Et puisque je suis rédactrice, le choix du livre comme support coulait de source.

La mort est un sujet universel. Quels que soient notre culture, notre éducation, notre pays d'origine, notre religion, nous sommes tous concernés et amenés à vivre cet événement.

Et savoir qu’il existe bel et bien une vie après la mort est suffisamment important pour qu’on le dise haut et fort, à qui veut l’entendre bien sûr. Voilà pourquoi c’était si important pour moi d’aborder ce sujet. Un besoin profond, viscéral !

De quelle manière le décès de votre maman a-t-il changé votre regard sur la mort ?

Avant le décès de ma maman, j’avais approché la mort, adolescente, avec le décès de ma grand-mère, puis celui de ma voisine, ma grand-mère de cœur. Ont ensuite suivi les décès du petit-ami d’une amie, de mon parrain, de tantes… mais la mort signifiait alors pour moi la fin de la vie. Et c’était surtout un événement triste. Je n’avais pas encore cette ouverture qui m’aurait permis d’envisager la mort autrement.

Aujourd’hui, depuis le décès de maman et ce que j’ai vécu, la mort est certes la fin de quelque chose, mais aussi le début d’autre chose. Et cette prise de conscience a radicalement changé mon regard sur la mort, mais aussi sur la vie.

Cela a-t-il transformé votre manière de vivre ou de percevoir votre propre existence ?

Ma manière de vivre et mon existence ont bien entendu été modifiées par cette découverte, mais là encore très naturellement. Petit à petit, je me suis ouverte à une autre façon d’envisager la mort, et par conséquent la vie. Car j’ai découvert que si la mort est la continuité de la vie, sur un autre plan, cela implique que nos actions lorsque nous sommes vivants ont des conséquences de l’autre côté. J’ai compris que nous sommes amenés à évoluer en permanence, et que c’est là le but de la vie. Évoluer, grandir, s’améliorer pour devenir de meilleures personnes : tout un programme ! Et ce que nous n’avons pas fait vivants, ou mal fait, nous attend une fois le passage franchi. Alors autant s’y atteler au plus tôt !

danseComment cette « après-vie » que vous décrivez dans votre livre se manifeste-t-elle à vous ?

Comme je l’explique dans le livre, toutes ces révélations m’ont été faites par l’intermédiaire de personnes ayant la capacité d’être en contact permanent avec l’après-vie. Et plus généralement avec cette « réalité invisible » qui nous entoure. Pour autant, je parviens aujourd’hui à percevoir les signes de présences bienveillantes à mes côtés. Cela peut être grâce aux « heures miroir », aux synchronicités, lorsque par exemple je me pose une question et que j’obtiens un élément de réponse en ouvrant un livre, en écoutant une chanson, une discussion. Par l’intermédiaire de mon chat également, je sais parfois que je ne suis pas seule dans mon salon ! Ou encore lorsque je pratique le reiki, la méditation. Et puis bien sûr grâce aux professionnels que je consulte lorsque j’en ressens le besoin, qu’ils soient énergéticiens, magnétiseurs…

Un ami vous a fait remarquer qu’en témoignant sur cette histoire vous aviez fait votre “coming out”. Quelles réactions suscite ce coming out dans votre entourage et parmi vos lecteurs ?

Avec la publication de ce livre, j’ai reçu de très nombreux témoignages et retours de personnes me remerciant d’avoir osé parler de ce sujet. Dans mon entourage proche, à commencer par ma famille, les retours ont également été très beaux. J’ai même découvert qu’une cousine était totalement en phase avec ce que je partage et vivait elle aussi des expériences très riches sans oser en parler par peur des réactions. Globalement, qu’ils soient sensibles à ce sujet ou non, mes proches m’ont tous manifesté beaucoup de bienveillance. Quant aux retours de mes lecteurs, ils sont toujours très touchants parce que sincères. Des personnes ayant vécu elles-mêmes des expériences singulières avec l’après-vie, des personnes vivant un deuil, des personnes connaissant des personnes ayant vécu des expériences similaires… Si je me suis posé quelques questions à la parution du livre, mes doutes ont vite été dissipés et j’ai rapidement su que j’avais fait le bon choix en partageant mon histoire.

Quel est finalement le message central que vous souhaitez transmettre aux lecteurs à travers votre livre « Et n’oublie pas de danser avec la vie ! » ? 

Ce que je souhaite transmettre avec ce livre, c’est qu’il existe une vie après la mort mais aussi une réalité invisible, la même pour tous, que nous sommes encore trop peu nombreux à connaître. Ou plus exactement peut-être, dont nous sommes encore trop peu à oser parler. Car avec tous ces retours de lecteurs, je me rends compte que de nombreuses personnes vivent des expériences « irrationnelles » mais n’en parlent pas facilement par peur du jugement. Or, c’est en partageant et en parlant que les choses vont évoluer. Et aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin d’évoluer, de grandir. Le monde change à une vitesse qui nous dépasse. Il est temps pour nous aussi de changer et de nous ouvrir à autre chose. 

virginie

A propos de Virginie Landemaine

lien

 

 

logo facebook logo linkedin

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
pop ton projet

Créateur ou entrepreneur engagé ? Gagnez votre place dans un POP UP store pendant les fêtes

expérimenthe

Créer un éco-lieu : l’exemple d’Expérimenthe dans l’Eure