CourageuxCourageux

De notaire à éleveuse de volailles : la reconversion hors norme de Manuela

Manuela, notaire éleveuse de volailles

En 2022, vous êtes nombreux à vous demander : « Faut-il que je me reconvertisse ? » C’est toujours avec beaucoup d’enthousiasme que nous partageons vos plus belles réussites, vos virages à 360°, vos histoires incroyables, qui permettent d’en inspirer d’autres sur leur chemin. Quand Manuela a contacté la rédac’ nous n’avons pas hésité une seconde pour l’interview et vous partager son histoire. La voici !

1) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Manuela, 48 ans, élevée avec des grands-parents maraîchers d’un côté et fermiers de l’autre. J’ai toujours été passionnée de nature et d’animaux. 

Manuela, notaire éleveuse de volailles

Gamine, je faisais les marchés avec mes grands-parents, je vendais mes propres légumes. En parallèle, j’ai été cavalière pendant 30 ans.Je suis tombée dans la marmite des poules il y a une quinzaine d’années. D’abord à titre purement amateur, puis le côté « compète » a pris le dessus (comme à cheval 😉 )et j’ai commencé à élever en sélectionnant pour faire des expositions. Puis le virus m’a contaminée !!!

2) Comment passe-t-on de notaire à éleveuse de volailles ? Quel a été votre cheminement pour prendre ce virage à 360° dans votre carrière professionnelle ?

En fait, c’est surtout pourquoi j’ai été notaire !! Plus j’avance dans ma reconversion, plus je me rends compte que c’est cette vie les mains dans la terre avec mes animaux qui me correspond même si le notariat m’a beaucoup appris.
Je voulais être journaliste … Après un bac littéraire, j’ai raté le concours d’entrée à l’IUT de TOURS et je me suis inscrite en fac de droit …et le chemin s’est déroulé tout seul, je suis devenue notaire par hasard je crois ! Puis un jour, j’ai commencé à avoir des poules et l’idée de devenir éleveuse a germé mais je refusais d’y réfléchir vraiment, ma vie était « rangée ». Je menais tout de front, le notariat, ma vie de fermière … mais j’avais quand même acheté ma ferme avec 3 hectares … sait-on jamais !! Puis un licenciement économique m’a donné le coup de pied aux fesses dont j’avais besoin. Au final … Merci !

3) A quelles difficultés vous êtes-vous confrontée au cours de votre reconversion professionnelle ? Comment les avez-vous dépassées ?

Passé le choc du licenciement j’ai eu la chance de rebondir très vite puisque ce projet me trottait dans la tête depuis quelques années. C’est d’ailleurs ce qui m’a rendu les choses plus faciles… au moins à moi ! Le plus dur a été la réaction de mes proches qui ne comprenaient pas pourquoi je quittais une situation stable, plutôt flatteuse et assez sécurisante.

4) Beaucoup rêvent d’un « retour à la nature“ et ”aux sources ». Quelles sont les bonnes questions à se poser avant de passer le cap d’une telle reconversion ?

Cette vie au grand air est géniale. Mais attention…tout n’est pas rose ! Quand il pleut, que les abreuvoirs sont gelés, les animaux n’attendent pas ! Le quotidien c’est aussi les pieds dans la boue, le tuyau percé, nourrir avec la lampe frontale, et gérer les petits et gros bobos des pensionnaires… C’est physique, c’est aussi peu ou pas de vacances … Il faut se demander si sur le long terme, on aura envie d’assumer toutes ces contraintes… mais pour moi c’est sans regret !

5) Avec le recul, quel regard portez-vous aujourd’hui sur votre ancienne vie de notaire ?

C’était une vie intéressante, intellectuellement et humainement. Mais je crois que je n’étais pas faite pour une vie de bureau. Ma deuxième vie de directrice et de formatrice m’a passionnée et m’a donné l’envie de transmettre. Il est très vraisemblable que si l’Institut de Formation Notariale n’avait pas fermé, j’y serais encore. Par contre, cette rigueur du quotidien que je dois au notariat me sert tous les jours à l’élevage. Notaire ou agriculteur, même combat, on est chef d’entreprise !

6) Comment cette nouvelle vie d’éleveuse vous épanouit-elle chaque jour ?

Je mets mes bottes le matin et c’est parti ! Je fais mon tour, je regarde mes animaux grandir, changer. Je suis toujours autant émerveillée quand les poussins éclosent. Je partage ma passion avec mes clients, j’arrive à convaincre les plus dubitatifs… Je sensibilise à la sauvegarde des races, à la biodiversité… J’interviens dans les maisons de retraites, les écoles, dans les entreprises dans le cadre de la démarche RSE. Je propose du Team Building… Quelle chance de pouvoir transmettre !!

7) Quels sont les grands enseignements tirés de cette reconversion réussie que vous aimeriez partager ?

C’est un projet qui doit être réfléchi mais qui tôt ou tard s’impose si on est sur son chemin. Parfois, les coups du sort sont un mal pour un bien. Écoutez votre petite voix intérieure, qui saura bien un jour ou l’autre se faire entendre quand il sera temps … et là allez-y … foncez, la vie est trop courte. Par contre, formez-vous, c’est essentiel pour au moins prendre du recul.

Pour en savoir plus sur Manuela, cliquez sur les icônes : 

infomation catherine testafacebook catherine testaiconfinder social media youtube 1543314linkedin

Addiction et dépendance court-métrage

Addiction & dépendance : Le court métrage qui éduque sur les effets des stupéfiants

Quiz sommeil

QUIZ : Les idées reçues sur le sommeil. 5 questions pour en savoir plus !!