Les clefs pour construire un bonheur durable

Savourer un bonheur durable qui ne passe pas en un éclair semble être une utopie pour beaucoup d’entre nous. Les chercheurs (particulièrement ceux issus du courant de la psychologie positive) se penchent sur ces questions pour étudier les conditions optimales qui permettent aux individus d’être heureux et épanouis sur le long terme. Dans un dossier spécial « Comment construire un bonheur durable » paru dans Cerveau & Psycho, Sonja Lyubomirsky, l’une des figures de proue de la psychologie positive, nous donne quelques clefs. 

L'adaptation hédonique: obstacle au bonheur durable

L’une des idées qui vient expliquer la difficulté d’éprouver un bonheur durable est l’adaptation hédonique.

Le plaisir éprouvé à l’annonce d’une excellente nouvelle est éphémère. L’être humain est soumis à l’adaptation hédonique – c’est-à-dire une tendance à s’habituer au bonheur et à accepter d’emblée le positif qui se présente à lui. Une fois qu’il y est accoutumé, il ne le ressent plus et cette adaptation est un des obstacles majeurs à un bonheur durable. Il est toutefois possible d’y remédier.

Remédier à l'adaptation hédonique

Pour Sonja Lyubomirsky: 

Même si l’on a hérité d’un faible niveau de bonheur, les expériences montrent que l’on peut agir sur ce curseur. Être heureux et le rester demande notamment de faire un effort pour apprécier ce qu’on a.

 

Lire l'ensemble du dossier

Sonja Lyubomirsky livre dans ce dossier de Cerveau & Psycho n°37 des cas classiques de notre adaptation au bonheur qui vous parleront surement : Comment construire un bonheur durable

Pour nous soutenir

L’Optimisme est un média d’informations inspirantes et positives totalement indépendant. Pour nous soutenir tout en vous faisant plaisir, vous pouvez découvrir notre boutique en ligne

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

Le bonheur : une étude empirique auprès d’adolescents qui va vous surprendre

Faire de la politique rend-t-il heureux ?

Faire de la politique rend-t-il heureux ?