BravoBravo ResponsableResponsable MerciMerci

Transformer l’influence : réussir ce n’est pas ça !

transformer l'influence

Alors qu’on parle de plus en plus de RSE ou de santé mentale, que se tient actuellement la COP26, il semble aujourd’hui important d’évoquer un sujet trop peu abordé : l’impact de l’influence que ce soit sur le climat ou sur notre santé mentale. 

L’influence va-t-elle dans le bon sens ?

Depuis plusieurs années, je m’interroge sur le temps que prendra l’influence à se transformer. J’avais d’ailleurs publié un article LinkedIn en ce sens en 2018.

Nous vivons à une ère où les stars de télé-réalité pavanent devant des placards tellement remplis qu’ils débordent. Ils font rêver des millions de followers avec leurs 15 sacs identiques de couleur différente pour aller avec chaque tenue, avec leurs dizaines de paires de chaussures et leurs centaines de pulls jamais portés mais bien rangés.

Les stars de télé-réalité font croire que cette surabondance de produits est cool. 

Mais non, ce n’est pas cool. 

Ce sont aussi ces mêmes influenceurs qui postent des photos depuis le jet qu’ils ont pris pour partir en week-end à Dubaï… ou pour ce produit miracle pour mincir (ils ont au moins l’honnêteté d’expliquer qu’ils sont aussi passés par la chirurgie plastique).

Rappelons qu’il n’y a rien de pire que de voyager dans un jet privé d’un point de vue climat et que vendre des bonbons qui font maigrir à des personnes en souffrance vis a vis de leur image n’est pas ce qu’il y a de plus noble. 

Et pourtant, on suit leur vie, on les envie… et les jeunes générations veulent devenir « influenceur ». Ca parait si cool et si facile !

L’influence développement personnel

Le pire de l’influence ? Probablement les « influenceurs développement personnel » qui surfent sur la réussite personnelle à base de « comment devenir riche ? ».

Ils sont d’ailleurs nombreux à nous avoir sollicités pour faire de l’affiliation afin de vendre des programmes en ligne (à savoir nous proposer un pourcentage de leurs ventes pourvu qu’on les mette en avant). Ce à quoi nous répondons bien-sûr toujours non !

Mais vendre du rêve est lucratif.

Avez-vous déjà vu une de ces vidéos tournées sur une plage au bout du monde expliquant « comment ils ont obtenu tout ce dont ils rêvaient » et vous vendre un programme pour vous aussi « obtenir tout ce que vous désirez » ?

Comme si c’était ça se développer personnellement : gagner de l’argent  pour « vivre de son business en ligne » à Dubaï ou Bali (et donc prendre ces fameux vols d’avions !). On peut vous garantir qu’on voit de tout et qu’on entend de tout.

Bien sûr, vivre à Dubaï et posséder 100 paires de chaussures peut être une forme de bonheur pour certains, mais vous imaginez Mathieu Ricard, Edgar Morin et autres grands penseurs vous expliquer que c’est ça qui rend heureux ? Et vous proposer un programme pour vous aussi devenir heureux ? Probablement pas.

Transformer l’influence : prendre du recul

Les plus « éveillés » (ou les plus vieux, au choix… ) diront que cette démonstration ostentatoire de richesses est vide de sens et qu’on ne peut pas y croire. Hélas si.

Nous suivons, depuis plusieurs années, ce type d’influenceurs mettant chaque jour en avant leur vie ainsi que des codes promo pour acheter des produits et leurs audiences sont grandissantes. Les agences nous disent que « cela marche de passer par eux ». Il faut dire qu’ils font régulièrement gagner des i-phones ou des cadeaux. Alors forcément, ils gagnent des followers intéressés.

Et les marques continuent de les sponsoriser, peu importe qu’ils ne montrent que plastiques parfaites, un sens de l’altruisme proche de 0, et un sens de l’environnement néant. Elles achètent.

Les plus optimistes me diront que cela commence à changer, c’est vrai. Certains influenceurs commencent à prôner des valeurs et une forme de sobriété heureuse. Mais comme ils n’ont rien à faire gagner, leur croissance sur les réseaux est beaucoup plus lente et ils sont beaucoup moins visibles. Leur nombre est, comparativement, encore largement anecdotique…

Transformer l’influence : la juste équation

Je me demande (depuis déjà 5 ans…) comment l’influence viendra soutenir le développement durable et globalement préserver la santé mentale « des followers ».

Une des clefs serait probablement que les marques qui se disent engagées se désengagent de ces influenceurs. Elles sont encore bien trop peu nombreuses à faire attention.

Mais à vous tous lecteurs, préservez-vous. Ne vous laissez pas berner par ces pseudo-vies idylliques.

Et désinscrivez-vous le plus vite possibles des comptes de tous ces influenceurs : ce n’est ni bon pour la planète, ni bon pour votre santé mentale ! 

Catherine testa logo

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Awa, polyhandicap

Mère d’un enfant atteint d’un polyhandicap, Awa, aidante familiale témoigne

La zone de confort

4 astuces pour sortir de votre zone de confort !