Silver Lining : Itinéraire d’un duo musical qui a réalisé le rêve de sortir un mini-album « Among the waves »

Silver Lining

Nous vous avions présenté il y a quelques semaines le parcours inspirant de Romuald qui, à la trentaine, s’est reconverti en tant que professeur guitare alors qu’il n’avait jamais touché à une guitare de sa vie. Nous sommes heureux de vous partager la suite de son histoire : la sortie de son premier EP (ou mini-album) – « Among the Waves », réalisé en duo avec Domitille. Romuald et Domitille nous partagent l’itinéraire de cette aventure à la fois humaine et musicale. Un style, un rêve, un élan à découvrir et à partager sans modération autour de vous !

Pouvez-vous nous présenter votre groupe Silver Lining ?

Domitille :

Moi c’est Domitille, j’ai commencé le piano à l’âge de 6 ans, puis la guitare quelques années plus tard. Influencée par le rock des années 70/80, j’ai commencé à composer mes propres morceaux, dont certains figurent aujourd’hui dans notre EP.

Romuald :

Moi c’est Romuald, j’ai découvert la guitare à 29 ans pour ensuite en faire ma vie, après quelques années comme laborantin. Comme elle l’a dit, c’est à l’école où j’ai appris à jouer que j’ai rencontré Domitille : touché par ses compositions, j’y ai vu un espace d’expression qui me correspondait, autant pour ma guitare que pour mes textes.

Votre premier album s’intitule « Among the waves ». Qu’avez-vous envie de transmettre à travers vos différentes compositions ?

Domitille :

C’est plutôt un EP, un mini-album. Il contient des morceaux récents, et d’autres dont l’idée date de 10 ou même 20 ans : nous l’avons donc intitulé « Among The Waves » en référence aux moments vécus depuis toutes ces années, individuellement comme au sein du groupe.

Notre musique s’est imbibée des aléas de la vie, prenant dans notre esprit la forme d’une mer calme ou agitée.

Pour ce premier EP, l’objectif est de présenter notre univers au public ; nous voulions surtout transmettre des émotions et surprendre à chaque morceau, afin que l’auditeur se retrouve avec nous « parmi les vagues ».

Romuald :

C’est un voyage entre plusieurs ambiances, au gré de 5 morceaux allant de la balade au blues-rock. 

L’EP propose un chemin allant de l’envie de révolte (On A Friday) jusqu’à l’abandon de ses peurs (Heading To The West), en passant par le besoin d’échappatoire (Way Down The Road), la nostalgie de l’enfance (Older), ou encore le jardin secret et la dualité en chacun (Who Is Who ?).

Si vous ne deviez retenir qu’une seule anecdote vécue lors de la création de votre album et qui marque son histoire, laquelle choisiriez-vous ?

Romuald :

Lors des dernières sessions d’enregistrement, ma compagne Julie était enceinte jusqu’aux yeux et notre fils pouvait arriver d’un moment à l’autre, ce qui a donné aux prises de voix un climat assez particulier. Le petit Léo a finalement attendu que tout soit en boîte pour pointer le bout de son nez, quelques jours plus tard… !

La création d’un album est aussi une aventure humaine. Quels ont été les moments les plus difficiles et les plus joyeux qui ont jalonné la création de « Among the waves » ?

Domitille :

Le départ de notre batteuse et de notre bassiste a été rude, à peine deux mois avant d’entrer en studio. On a dû repenser le projet dans un timing très serré. J’ai par exemple dû apprendre la basse pour l’occasion, en travaillant d’arrache-pied pour maîtriser les morceaux en si peu de temps !
Pour ce projet de longue date que nous refusions de repousser davantage, accepter Silver Lining comme un duo nous a finalement libéré.

Romuald :

Pour moi, un des moments les plus forts a été l’écriture des paroles de Older, qui sont très personnelles. Je les ai griffonnées en quelques minutes dans le RER, en écoutant la première démo de Domitille qui m’a laissé en larmes, et les mots sont sortis d’eux-mêmes.

D’où vous est venue l’inspiration pour écrire et composer les chansons de « Among the waves » ? En tant qu’artistes, avez-vous des conseils à nous donner pour stimuler l’inspiration ?

Domitille :

Mes principales inspirations sont des événements qui ponctuent ma vie, heureux comme malheureux. J’ai toujours composé ainsi, car il m’est plus facile de retranscrire mes sentiments par une mélodie que par des mots.

Il nous arrive de composer ensemble, en partant d’un simple accord, d’une mélodie qui nous parle. Mais la plupart du temps, tout débute dans ma tête, où j’imagine les mélodies vocales et instrumentales. Parfois des mois plus tard, je retranscris cela à la guitare ou au piano, et je présente l’ébauche à Romuald. Nous réfléchissons aux arrangements, et Romuald s’occupe d’écrire les paroles en anglais, en suivant à la syllabe près la mélodie vocale que je lui ai chantée !

Romuald :

 Hormis quelques morceaux où j’apporte l’idée initiale, je compose surtout à partir des idées de Domitille. C’est un terrain où je peux vraiment m’épanouir sur la guitare et sortir de ma zone de confort. 

Concernant les textes, je fais souvent appel à des images et sensations de mon passé : je suis aujourd’hui un homme heureux, mais cela n’a pas toujours été le cas, et je trouve dans mon vécu les mots justes pour exprimer des émotions qui ne font plus toujours partie de mon quotidien. 

Mon conseil, pour stimuler l’inspiration, serait de retenir en vous chaque moment fort, même si ils sont désagréables, pour les faire ressortir à travers votre art. Il suffit d’un rien pour accoucher d’une chanson, donc à la moindre idée, laissez en plan ce que vous faites et enfermez-vous avec votre instrument ou votre stylo !

Imaginez qu’un de nos lecteurs a également le rêve de créer un album et de partager sa musique. Par où commencer ?

Romuald :

Il faut d’abord enregistrer des maquettes de chaque morceau (souvent en home studio), le plus proprement possible. Ces témoins serviront de support pour vos sessions d’enregistrement.

Ensuite, choisir le studio (selon votre budget), en allant à leur rencontre pour discuter du projet, du déroulement de l’enregistrement, et du matériel à disposition. Le feeling sur place est capital : plus vous êtes à l’aise, meilleure sera votre musique.

Dans notre cas, c’est au bouche-à-oreille que nous avons connu Nicolas, ingénieur du son au studio AirCommeRythme (à Bagnolet). Sa méthode, son respect de nos idées et l’ambiance décontractée nous ont mis dans les conditions idéales !
Nos sessions ont pris six journées : deux pour basse/batterie, deux pour les guitares, et deux pour les voix et le piano. Nous restions parfois plus de 10h à enregistrer, ça demande beaucoup d’énergie mais ce n’est que du bonheur !
Une fois tout en boîte, l’ingé son se charge souvent du mixage et du mastering, mais on peut également les sous-traiter ailleurs.

Pour cet EP, nous avons trouvé notre batteur sur le site Zikinf, qui met en relation les musiciens de toutes sortes. Aussi sympathique que pro, Maxime s’est imprégné de l’ambiance des morceaux et nous a fourni un travail exemplaire.

En parallèle, il faut également penser en amont à l’univers graphique : pochette, illustrations, clips… Pour celui de Heading To The West, nous avons été contactés par une super équipe (Thomas Meunier et Antoine Legrand) qui nous a présenté un scénario fort, et une ambiance qui correspondait parfaitement au morceau. Nous leur avons fait complètement confiance, sans aucun regret.

Enfin, pensez à protéger vos morceaux à la SACEM, et à monter une campagne de financement participatif (Ulule, Leetchi…). Comme ce fut le cas pour nous, votre entourage sera souvent d’une aide précieuse pour la réalisation de votre projet.

Domitille :

Il suffit d’être déterminé et de ne pas avoir peur des aléas. Tout doit s’anticiper, des problèmes potentiels à la promotion de votre sortie (faire par exemple une liste de médias à contacter, ou passer par un site spécialisé comme Groover). C’est un travail énorme mais très enrichissant, et chaque étape donne envie d’aller plus loin !

Comment rêvez-vous l’avenir de Silver Lining et de « Among the waves » d’ici quelques années ?

Domitille :

Nous aimerions que « Among The Waves » soit la première étape de quelque chose d’encore plus grand. Nous prévoyons d’abord de retrouver la scène dès que nous serons au complet, puis tenter en 2022 d’intégrer des tremplins et festivals.

En attendant, divers médias nous ont fait de bons retours sur Heading To The West : le single creuse son petit chemin sur les playlists Spotify, et a été ou va être diffusé sur quelques radios, en France comme à l’international. Notre rêve serait de retrouver cette chanson dans un film, un média canadien s’est même montré intéressé par la question !

Le clip, dont nous sommes particulièrement fiers, sera présenté à des festivals l’an prochain ; et nous comptons promouvoir d’autres titres de l’EP via Groover, avec un éventuel second clip pour Way Down The Road.

Romuald :

Nous sommes très fiers d’être arrivés jusque là, et ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin : d’autres morceaux n’attendent que d’être enregistrés, pour se retrouver prochainement sur un deuxième EP ou un album !

Le lien pour écouter notre EP « Among the Waves » sur toutes les plateformes de streaming : ICI

Acheter le CD et la version digitale : ICI 

Pour suivre l’actualité de Silver Lining sur les réseaux sociaux, cliquez sur les icônes :

logo facebook   instagram 1

Delphine Guy Rauch

Se libérer du perfectionnisme avec la philosophie japonaise du Wabi Sabi

Cricut

CRICUT : la machine à offrir à tous les fans de DIY !