BravoBravo Bonne idéeBonne idée MerciMerci SolidaireSolidaire

« Santé mentale, c’est l’ignorance qui fait mal ! » : pourquoi ce slogan à l’Optimisme ?

ignorance

Vous savez que nous commençons à prendre de plus en plus la parole au sujet de la santé mentale. Bien avant la crise sanitaire, nos différentes actions autour du bien-être et de la qualité de vie au travail nous conduisaient déjà à embrasser le sujet.

En interne, j’ai toujours amené cette thématique : des années que j’y réfléchis ! Trop « touchy », trop stigmatisé, trop sensible…Aujourd’hui, nous y sommes : la santé mentale est au cœur des préoccupations et devant nous, un long travail de sensibilisation et de communication à co-construire ensemble. Un vaste chantier pour questionner nos représentations, notre vision de la maladie psychique, nos rapports à l’autre…

Par où commencer ? J’ai proposé à l’Optimisme ce slogan : « Santé mentale, c’est l’ignorance qui fait mal ! » Ayant mon propre parcours avec la maladie psychique et étant au contact depuis des années avec des dizaines de personnes « concernées », je me suis posée la question : « Au-delà des symptômes, qu’est-ce qui fait le plus souffrir ? » C’est le mot « ignorance » qui est venu naturellement à moi. A mon sens, ce mot peut se lire à 3 niveaux (il en existe sûrement d’autres).

1# Ignorance : le manque d’informations sur la santé mentale

A l’école, nous recevons tous types d’éducation. Nous faisons de l’éducation physique et sportive, de l’éducation civique…Nous apprenons les maths, la grammaire, l’histoire…Je ne me souviens pas d’un enseignement portant sur les émotions, l’humeur, la relation à l’autre. Aucune « éducation psychologique » n’était prévue au programme. Et pourtant, quel sujet autour duquel il y a tant à apprendre dès notre plus jeune âge et qui nous concerne tous un jour ou l’autre dans notre vie !

Lorsque nous questionnons nos abonnés sur les réseaux sociaux pour former un nuage de mots autour des termes « santé mentale », des réponses nous étonnent toujours : « folie », « schizo », « faiblesse de caractère », « personne à problèmes », « paumés », « dangereux » etc. C’est dire comme cette équation « santé mentale = maladie = folie = danger » est toujours ancrée dans certains esprits et véhicule nombre de préjugés, paralysant la parole et l’ouverture. Rappelons-nous que la peur de l’autre a très souvent pour racine le manque de connaissances.

2# Ignorance : quand nous passons à côté de la souffrance de l’autre

L’ignorance c’est aussi celle que nous expérimentons quand nous ne nous sentons pas concernés par la souffrance de l’autre. « Je n’y peux rien » ; « Que puis-je y faire ? » ; « Cela ne me regarde pas. » ; « A chacun ses épreuves ! »

Et pourtant, j’en aurais des histoires à vous raconter où le changement et le rétablissement d’une personne en souffrance psychique ont été initiés par un simple mot, un geste réconfortant, une rencontre, un échange ou un numéro de téléphone transmis au juste moment.

Notre rôle n’est bien sûr pas de sauver le monde, de mettre sur nos épaules une responsabilité qui ne nous incombe pas et d’oublier nos limites personnelles. Mais imaginons simplement notre impact si nous remplacions ces croyances paralysantes par un autre questionnement : « Y’a-t-il quelque chose – même toute petite – que je puisse faire pour aider ? » A la lumière de cette question, il y a toujours un verbe qui peut remplacer « ignorer ».

3# Ignorance : la méconnaissance de soi

L’ignorance c’est enfin celle que nous avons de nous-mêmes, prisonniers dans des murs de certitudes qui se fissurent souvent lorsque notre santé mentale se trouve altérée. Car qui peut dire ce que nous sommes réellement, ce qui nous habite au plus profond de nous, face à l’immensité insondable et inconnue de notre psyché ?

De toutes ces rencontres marquantes avec mes pairs un jour ébranlés par la souffrance psychique, je retiens un enseignement émouvant : il y a dans les épreuves de la vie un élan – souvent mystérieux – qui nous pousse à grandir et à évoluer.

Bannière santé mentale signature de mailAgir est possible : formez-vous aux Premiers Secours en Santé Mentale !

Toute l’année, nous avons le plaisir de former des secouristes en santé mentale pour que l’ignorance ne soit plus ce qui fait mal ! Nous créons aussi d’autres modules pour proposer du « sur-mesure » en fonction des contextes et des besoins. 

Renseignements et inscriptions : eva@loptimisme.com

Eva Mazur 
Cheffe de projet à l’Optimisme 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
nomophobie

NOMOPHOBIE : l'addiction à votre téléphone ?

Gros calin

GROS CALIN : L’histoire d’un mec qui a eu 4 au bac et qui est devenu libraire…