BravoBravo Bonne idéeBonne idée MerciMerci CourageuxCourageux SolidaireSolidaire

Les 5 phrases les plus réconfortantes de leur entourage quand ils étaient en dépression et pourquoi !

santé mentale et dépression

Trouver les bons mots pour réconforter un proche qui va mal ou traverse une dépression : quel challenge pour beaucoup d’entre nous ! On a peur d’être nul, de ne pas être assez inventif ou constructif pour consoler. De nos quelques paroles, on aimerait pouvoir alléger la souffrance de l’autre instantanément. Dans les faits, il n’existe pas vraiment de « script » préfabriqué qu’il nous suffirait de répéter.

Nous avons demandé à cinq de nos abonnés (qui ont confié à l’équipe leur dépression) les phrases les plus réconfortantes qu’ils ont pu entendre de la part de leur entourage.  

« Je sais que tu ne peux pas le voir en ce moment mais tu es sur le bon chemin et moi, je continuerai à avancer à tes côtés pour t’aider à enlever les cailloux. « 

Quand ma mère m’a dit cette phrase, j’ai vu qu’elle avait encore confiance en moi. En dépression, j’ai eu l’impression que plus personne n’allait accorder de crédit à mes capacités. Je me croyais totalement inutile. J’ai senti qu’elle ne me mettait pas la pression pour aller mieux à tout prix (je ne le pouvais pas de toute manière !). Aujourd’hui, je peux le dire : il y a encore des cailloux sur mon chemin mais ils n’ont plus la taille de rochers, ce sont des gravillons et c’est beaucoup grâce à ma mère –  Témoignage de Laura

« Je vais être honnête avec toi je ne sais pas quoi te dire pour te réconforter mais je sais quoi commander pour te nourrir : c’est sushi à volonté jusqu’à la fin de tes jours ! « 

La phrase la plus réconfortante vient de mon meilleur pote, Jules. Il avait raison d’être honnête et de dire qu’il ne savait pas quoi dire. Parce que des fois…Il n’y a rien à dire ou à entendre. Les mots sont comme un coup d’épée dans l’eau et c’est fatiguant pour les amis et la famille. Par contre Jules savait que j’adore les sushis. C’est à peu près la seule chose que je parvenais à manger avec encore un peu de plaisir. J’ai apprécié sa sincérité. Il ne savait pas quoi dire et pour autant, cette phrase m’a fait comprendre que j’avais vraiment un bon pote qui ne me laisserait pas tomber… « Jusqu’à la fin de mes jours ! » : ça signifiait qu’il ne comptait pas partir ou casser notre amitié. Je suis sorti de la dépression à ce jour mais pas de mon adoration pour les sushis que j’ai transmise à Jules. –  Témoignage de Nalya

« Ne te sens pas obligé de parler, encore moins de te justifier ou t’excuser de quoi que ce soit. Tu veux mes bras et un peu de silence ? « 

C’est ma petite sœur qui m’a dit cette phrase. Je me suis sentie soulagée de n’avoir pas à parler ou à justifier mon état. La dépression me rend extrêmement coupable. Je n’en suis pas encore totalement sortie…Alors quand quelqu’un vous demande de ne pas vous excuser de votre état, ça fait du bien ! Ça veut dire qu’il comprend comme c’est douloureux de devoir vivre avec ce poids. Ma petite sœur est très intuitive : elle sait très bien les moments où j’ai besoin de parler et d’exprimer mes émotions et ceux où j’ai besoin de calme. Des fois, c’est juste de bras dont j’ai besoin, rien d’autre. – Témoignage de Claire

« Je crois en toi ! Non pas parce que je suis ton amie et que je suis sympa mais parce que je t’ai vue à l’œuvre de nombreuses fois. Tu as des ressources immenses à l’intérieur de toi. On va juste les dépoussiérer pour que tu puisses les voir à nouveau. Mais c’est toi qui as le balai, moi je peux juste t’aider à le tenir, éventuellement. « 

C’est important d’avoir en ces moments une personne qui nous rappelle qu’on a de la valeur, des capacités et que dans le passé, on a eu des succès. En dépression, ce n’était plus possible de voir ce que j’avais réalisé. Tout me semblait terne, fade et sans espoir. Comme me l’a dit Cyrielle, j’avais mis beaucoup de poussière à l’intérieur de moi et elle avait raison : j’étais la seule en mesure de mettre un peu d’ordre mais pas toute seule ! C’est un long ménage à faire et si c’est bien ma maison qu’il fallait « ranger », il est précieux d’avoir des amis ou une famille qui nous y aide sans nous juger. – Témoignage de Lucie

« Ta dépression, c’est une étape de transformation et je suis heureux d’en faire partie. J’espère que tu me prends avec toi dans le prochain chapitre parce que je t’assure qu’une fois que tu auras traversé cette épreuve, ce que tu vas écrire va être magnifique ! « 

Quand j’y repense, cette phrase c’était juste ce dont j’avais besoin d’entendre à ce moment-là. Elle m’a rappelé que mon état ne me définissait pas, que le changement était possible et que la dépression ne symbolisait pas toute ma vie ! Voir la maladie comme un chapitre m’a permis de me dire que j’avais plein d’autres chapitres à écrire (et que j’en avais déjà écrit quelques-uns auparavant). Je ne remercierai jamais assez mon conjoint pour ça qui a traversé cette période avec moi en continuant à croire en notre livre et en notre best-seller. Aujourd’hui, nous co-écrivons une histoire plus sereine. On a grandi ensemble de cette épreuve. – Témoignage de Laure

Pour davantage d’informations sur le sujet, Eva, de l’équipe de L’Optimisme, propose une formation aux premiers en santé mentale.

Santé mentale aider un proche

Santé mentale – « je m’inquiète pour un proche, que faire ? » : 5 pistes pour l’aider

honte consulter psy

« Pourquoi je n’ai pas honte de consulter un psy » : les 5 raisons d’une lectrice