BravoBravo SolidaireSolidaire MerciMerci

La Maison Perchée: une association gérée par des personnes souffrant de troubles psychiques

Maisonperchee

La Maison Perchée est un lieu où se rencontrent et s’entraident ceux qui souffrent d’un trouble psychique. Entièrement grée par des bénévoles qui vivent ou ont vécu avec la maladie, elle propose un soutien à tous ceux qui se posent des questions ou ont besoin d’un bol d’air par rapport à leurs troubles. Leur message ? Vivre heureux sans avoir à cacher sa maladie. Une initiative inspirante que nous présente Hana, psychologue et bénévole à la Maison Perchée.

Pourquoi as-tu choisi de t’engager et de faire bouger les choses dans le domaine de la santé mentale ?

La santé mentale, c’est un sujet qui concerne tout le monde, mais auquel peu de gens sont sensibilisés. On vit tous avec un mental plus ou moins agité, qui nous fait vivre des hauts et des bas, mais les pathologies que cela peut entraîner sont très taboues.

Vivre dans le silence et la stigmatisation de la maladie mentale est parfois source de souffrance encore plus grande que la maladie elle-même.

J’ai donc décidé de me spécialiser dans ce domaine et de m’engager pour en parler et accompagner ces beaux esprits qui vivent parfois de grandes turbulences.

Peux-tu nous présenter la Maison Perchée, l’association pour laquelle tu travailles ? 

La Maison Perchée est une association non-médicalisée qui est gérée essentiellement par des personnes elles-mêmes passées par la maladie, pour accompagner les personnes en souffrance ainsi que leurs proches. On propose plusieurs types de rencontres pour accompagner ceux qui le souhaitent : des « nids » (moments d’échanges privilégiés en individuel entre un pair-aidant et une personne concernée par la maladie), des « perchoirs » (groupes de paroles entre pairs), des ateliers (cuisine, relaxation, yoga…), des grands perchoirs (conférences sur un thème lié à la santé mentale) et des piailleries (lieu de création de poème, dessins, musique…). De plus, hors des murs de la Maison Perchée, nous faisons de la sensibilisation en entreprise, dans les écoles, ainsi que de la création de contenu de qualité pour déstigmatiser auprès du grand public.

En quoi la Maison Perchée est-elle une association qui dénote en matière de soutien et d’accompagnement pour les personnes atteintes d’un trouble psychique ? 

On y développe beaucoup le concept de pair-aidance : c’est en échangeant avec des personnes qui sont passées par un chemin similaire que l’on peut avancer, main dans la main, grâce à une plus grande confiance en une perspective de rétablissement. On compte beaucoup sur le partage du savoir « expérientiel », c’est-à-dire grâce à l’expérience vécue et racontée à l’autre. 

d3eb1e d42be50da46c4fb68ee0201c76c26078 mv2Si un de nos lecteurs souhaite trouver un soutien auprès de la Maison Perchée, par où commencer ? Que va-t-il y vivre ? 

Souvent, on commence à entrer à la Maison Perchée par les « nids », on dit que c’est l’endroit où « l’oisillon » peut se poser et se confier dans l’intimité d’un échange en deux à deux avec un pair-aidant. Puis, il s’envolera vers d’autres horizons et découvrira les autres branches de la Maison Perchée : s’il souhaite échanger avec plusieurs personnes autour de sa problématique (avec des axes autour de la bipolarité, la schizophrénie, les échanges entre proches…), il peut aller aux Perchoirs, s’il est plutôt dans un élan créatif et productif, il peut se diriger vers les ateliers ou les « piailleries ».

En tant que psychologue, qu’est-ce qui te tient particulièrement à coeur au sein de ce projet ? 

Ce qui est très inspirant dans ce projet est qu’il est novateur en matière d’accompagnement, il ne se substitue pas à l’approche médicale classique, mais vient y rajouter une autre forme de compréhension des troubles psychiques. En étant géré par des personnes elles-mêmes passées par la maladie, on y trouve beaucoup d’empathie, de solidarité et d’espoir de rétablissement. On sent une réelle communauté qui se crée autour d’un espoir commun : vivre avec sa maladie, ses difficultés mais aussi parvenir à en tirer ses perles.

En savoir plus sur la Maison Perchée: ICI

Découvrez le témoignage sur la schizophrénie de Lucille, bénévole à la Maison Perchée 

A lire aussi…

“Les Voix du Rétablissement – La Médiation de la Pair-aidance” par Sabrina Palumbo-Gassner

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
clelia

Mucoviscidose: “la résilience et l’espoir sont nos meilleures armes”

annelaure

Retour d’expérience: incarner la psychologie positive et en faire son métier…