SolidaireSolidaire BravoBravo CourageuxCourageux EngagéEngagé

Je ne me sens pas bien quand on est trop nombreux à table !

image diner societe

Je ne me sens pas bien dans les dîners…. Cela vous parle-t-il ?

Vous voici invité.e à un diner. Vous appréciez ceux qui l’ont organisé mais une fois sur place, vous vivez cette sensation étrange de vous sentir extérieur.e à la conversation. Soudain, vous vous rendez compte que c’est comme si vous aviez fait un plan “grand angle” sur le dîner et que vous observiez la scène. 

Témoignage de Catherine sur Instagram

“Cela peut être culpabilisant de le dire mais c’est hélas vrai. J’ai énormément de mal à gérer les invitations dès lors que l’on est en « grand comité ».

J’ai mis du temps à me l’admettre et à comprendre mais il s’agit de vraies zones d’inconfort. Alors que je suis une grande bavarde capable de refaire le monde pendant des heures en discussion 1 à 1, dès que j’arrive sur des dîners c’est impossible. 

De “l’hyper-audition” me fatigue : j’entends littéralement en même temps la conversation des autres personnes à table quand ce ne sont pas les conversations de ceux des tables d’à côté. 

Et même si je n’entends pas bien tous les mots de mon interlocuteur, je ressens toutes les émotions de tous ceux autour de la table, celui qui va bien, celui qui ne va pas bien, celui qui n’ose pas exprimer son avis, etc. J’ai l’impression d’avoir des sortes de capteurs à 360° qui vont bien au delà des conversations.

Les conversations ? Je n’arrive pas à faire semblant. En groupe on ne creuse jamais vraiment un sujet. Chacun tente de convaincre l’autre sans vraiment l’écouter. Et on arrive rarement à l’authenticité des émotions. Sauf que c’est ça qui m’intéresse, la sincérité des émotions. Alors j’observe. De toutes façons je sais que si je parle on va me dire que je suis trop “perchée”, pas assez “terre à terre”, trop “sensible”. 

Souvent je sors souvent épuisée de ces rendez-vous auxquels j’ai pu paraître littéralement associable faute d’avoir parlé. Il faut dire que cela fait bien longtemps que j’ai compris que ce qui se passe dans ma tête n’est pas toujours politiquement correct.

Régulièrement je culpabilise de ne pas “avoir réussi”. Car j’aime ces personnes autour de la table et en 1 to 1, je trouverais les conversations passionnantes, mais je n’arrive pas à avoir la même connexion en groupe.

Et chaque fois, il y a ce moment où je me sens extérieure à la scène !

J’avais envie de témoigner si vous pouvez vivre la même chose sans oser le dire…

Culpabilisant

On peut vite culpabiliser de manquer d’adaptabilité et de faire preuve de trop de sensibilité. Mais au vu du nombre de commentaire sur le post Instagram, nous sommes nombreux à “nous mouler” pour ne pas paraître complètement anormaux ! Et vous pouvez décliner des diners en groupe et proposer des têtes à têtes à la place !

Pour suivre Catherine sur les réseau et retrouver d’autres illustrations

logo twitter
logo instagram
logo facebook
logo linkedin
informations

L'objectif du site est d'être le plus collaboratif possible, ce post a ainsi été écrit par l'un de nos lecteurs - si vous souhaitez nous soumettre un contenu, c'est ici.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Abigail Abis Journal

Abigail de Abi’s Journal: une invitation à la “reconnexion à soi” pour 2021

Succès

3 pistes pour sublimer nos échecs