BravoBravo SolidaireSolidaire CourageuxCourageux MerciMerci EngagéEngagé ResponsableResponsable

Je suis dyslexique et dysphasique : témoignage

dyslexique

Ce début de semaine, en vue d’un article sur la dyslexie, la dyscalculie et les troubles dys en général, Catherine a lancé un appel à témoignages sur Instagram. Ce témoignage nous a touchés par sa sincérité. Nous avons décidé de le publier tel quel, sans plus d’artifices pour rappeler à chacun que derrière chaque personne se cache une histoire de vie qu’on ne soupçonne parfois pas. 

Dyslexique et dysphasique : l'histoire d'un parcours et d'une rencontre

Je suis dysphasique et dyslexique.
 
Cela s’est vu dès petite.  Je ne parlais pas beaucoup, je ne comprenais pas ce que les autres disaient et ils ne me comprenaient pas non plus. J’avais des difficultés à mémoriser, je n’arrivais pas à lire, à écrire et à compter correctement. Bref, j’étais en échec total dès le CP.
Ce ne fut qu’en CE1 qu’une maîtresse souleva le problème et conseilla à mes parents de voir un orthophoniste.
 
« Elle est dyslexique. »
 
J’ai vu une orthophoniste pendant 1 an pour ça. Honnêtement, ça a été horrible pour moi. Mais après ça, on m’a dit que « tout était OK pour moi ». Mais moi, j’étais toujours en difficultés, et de plus en plus même. Malgré le fait que je travaillais 3 fois plus que les autres, on me disait sans cesse que je n’allais jamais réussir dans la vie.
 
Mes parents ont toujours été très durs avec moi et refusaient l’idée que je sois en échec. Cela m’a aidé quelque part à ne jamais redoubler mais cela a totalement détruit ma confiance en moi et ma personnalité.
 
Aller à l’école était une vrai torture pour moi. J’avais l’impression d’être un soldat envoyé au front. J’étais une enfant très mal dans sa peau, très triste et limite dépressive. Ne voyant aucun progrès, mes parents me rabaissaient, mes profs me rabaissaient et je n’avais pas d’ami.
 
En 1ère, nous avons déménagé dans une toute autre région. J’ai continué à dire à mes parents que je n’arrivais pas à apprendre par cœur mes cours, que je n’arrivais pas à les comprendre, que je n’arrivais pas apprendre une langue étrangère… Je n’arrivais à rien.
 
J’ai repris rendez-vous avec un orthophoniste qui a été extraordinaire. C’est lui qui a trouvé le véritable problème, j’étais dysphasique (ndlr : l’enfant dysphasique n’acquiert pas normalement le langage d’où des difficultés à exprimer ce qu’il pense ou souhaite dire, mais également à comprendre ce qu’on lui dit).
 
Cet homme m’a accompagnée jusqu’à mes 25 ans. Je n’ai pas réussi à avoir le bac mais j’ai été en rattrapage. Même si j’étais un peu triste de ne pas l’avoir eu, j’étais contente d’être arrivée jusque-là  quand tout le monde me disait que j’arrêterais début collège.
 
Il m’a accompagnée pendant mes études, notamment d’aide soignante ou j’ai eu mon diplôme haut la main. Grâce à lui j’ai repris confiance en moi, il m’a protégée des mots des autres, il m’a protégée de mes parents, de mes professeurs…
 
Il m’a appris à apprendre et à comprendre autrement pour que je puisse être comme tout le monde.
 
Aujourd’hui, je suis une femme encore hantée par mon passé mais je vais beaucoup mieux. Mes « dys » ressortent quand je suis fatiguée mais pour le cacher aux autres je joue sur l’humour. Très peu de personnes connaissent mon secret, seule ma famille et mon mari sont au courant.
 
J’essaie de le cacher au maximum.
 
Les seuls points positifs de mes « dys » sont ma capacité à créer et notamment à dessiner très facilement. Cela a aussi fait de moi une personne empathique, très tournée vers les autres, et je suis très sensible au monde qui m’entoure.
 
Niveau boulot, je le cache le plus possible, notamment quand je parle. Cela me demande un énorme effort et me fatigue beaucoup, mais j’arrive à très bien le cacher. Je compense grâce à des petites astuces que je me suis crées ou que j’ai apprises avec mon orthophoniste.
Voilà mon histoire 😊

L’équipe de l’Optimisme remercie infiniment notre lectrice de nous avoir donné l’autorisation de publier son histoire.

Dyslexique, dysphasique, dyscalculique... Un formidable message d'espoir

A travers ce témoignage nous tenions à redonner de l’optimisme à tous ceux qui font face à un trouble. N’hésitez pas à aller consulter plusieurs professionnels de santé quand vous avez l’impression de ne pas avancer. 

Nous allons bientôt publier un article sur le sujet de la dyslexie au travail sur loptimisme.pro. Nous avons reçu des centaines de témoignages de personnes atteintes d’un trouble « dys » qui nous ont raconté leur parcours dans le monde du travail à tout type de postes. 

Pensez à nous suivre sur les réseaux et à vous inscrire à la newsletter. Si vous voulez témoigner sur un sujet, ce site est le vôtre. Vous pouvez proposer un article.

facebook instagram iconfinder social media twitter 1543317 linkedin

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
comment tenir ses bonnes résolutions

RESOLUTIONS 2022 : la technique du « mot de l’année » à essayer d’urgence

cricut détente créativité

Moment détente & créativité avec Cricut