in ,

Cécilia Albuixech: D’associée d’un restaurant plage à formatrice à la Science du bonheur

Cécilia

En cette période où vous êtes nombreux à vous questionner sur l’avenir et sur votre (ré)orientation professionnelle, voici le portrait de Cécilia qui, directement touchée par la crise sanitaire dans son activité (restauration), a décidé de prendre un virage dans sa vie et de se réinventer en se formant à la psychologie positive. Des idées, de la motivation et une dose d’inspiration à découvrir à travers le parcours de Cécilia que nous remercions chaleureusement pour son témoignage. 

Tu as un parcours professionnel atypique. Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Après une classe préparatoire et une grande école de commerce, j’ai intégré des groupes réputés sur leur secteur (LVMH, Ferrero, ORPEA et Michael Page). J’ai aussi tenté l’expérience start-up à Nice, avant qu’un beau projet familial m’appelle en 2017 pour gérer un restaurant plage à Cap d’Ail. La crise sanitaire nous obligeant à fermer l’établissement, l’idée de créer une société pour apporter bien-être, sérénité et positivité m’est venue naturellement pendant le premier confinement. J’ai envie d’agir à mon niveau pour préserver la Nature et aider les gens qui m’entourent à retrouver leur lumière et leur sourire

Quel est le fil rouge de ton parcours professionnel ?

J’ai toujours écouté mon cœur et changé de poste dès que cela ne m’apportait plus de joie.

J’ai souvent entendu les termes « trop sensible » ou « trop empathique » à mon égard, mais j’ai toujours pensé qu’il manquait certaines émotions à ceux qui les disaient 😉

Tu es encore associée d’un restaurant-plage dans les Alpes-Maritimes. Ton activité a été directement impactée par la crise sanitaire. Comment as-tu vécu les évènements de 2020 ? Quels questionnements cette période a fait émerger en toi?

Le premier confinement a été un électrochoc bien sûr. Après l’incompréhension et la colère, j’ai senti un appel très fort à me recentrer sur l’essentiel, sur mes valeurs, à œuvrer pour le collectif et pour notre belle planète. J’ai visionné des reportages qui m’ont aidé à prendre de la hauteur (notamment celui de Marc de la Menardière « En quête de sens »). Aussi, je ne suis pas restée seule pour traverser cette épreuve : j’ai été voir une sophrologue – Maître Reîki, et j’ai suivi un programme d’accompagnement pendant 4 mois sur le thème de l’abondance avec Odile Chabrillac (thérapeute, naturopathe et professeur de kundalini yoga). Je me suis concentrée ainsi sur mon espace intérieur, mon ressenti, et j’ai commencé à déconstruire certaines croyances pour laisser la place au renouveau !

Peux-tu nous parler de ton nouveau projet Minute Apprenti Papillon ?

J’anime désormais des ateliers de psychologie positive pour les particuliers et les entreprises sur des thèmes variés tels que la Science du bonheur, les Forces de caractère, la Gratitude (en présentiel et à distance), et j’organise des événements résolument positifs dans la région PACA (journées bien-être, ateliers de développement personnel, randonnée, yoga, méditation, écriture…). Mon souhait est de permettre aux participants de se reconnecter à soi, aux autres et à la Nature.

Pourquoi t’es-tu spécialisée en psychologie positive ? En quoi la psychologie positive peut-elle nous aider selon toi en 2021 ?

J’ai toujours été passionnée par le développement personnel. J’ai découvert la psychologie positive grâce à Florence Servan-Schreiber en 2010 avec son livre « 3 Kifs par jour ». J’allais d’ailleurs l’écouter en conférence à Paris dès que je le pouvais ! Cette science récente est géniale car elle touche les gens, les ouvre et peut changer des choses en eux. Elle peut nous être d’une grande utilité en 2021 car, sans nier le malheur, elle nous donne des clés et des outils pour aller mieux et savoir comment faire pour s’en sortir dans cette période difficile.

La pratique de la gratitude (un concept clé qui consiste à s’émerveiller pour des choses du quotidien et remercier pour cela), m’a beaucoup aidée cette année à me concentrer sur les faits positifs. Je vous invite à écrire le soir dans un carnet vos 3 kifs de la journée ou à les partager en famille à table, vous verrez les bénéfices sont nets dès 10 jours de pratique !

Quelles sont tes craintes liées à ta reconversion ? Comment les dépasses-tu ? Qu’est-ce qui t’aide à monter « Minute Apprenti Papillon » sereinement ?

Je ressens ce syndrome de l’imposteur qui est un classique chez les entrepreneurs !

Pour le dépasser, je suis des formations (à la 3 Kifs Académie auprès de Florence Servan-Schreiber, et prochainement auprès de Positran créé par Ilona Boniwell).

Le yoga et la méditation que je pratique le matin m’aident beaucoup à rester ancrée et, quand je doute, j’essaie de me rappeler toutes les choses que j’ai réussi à accomplir par le passé dans ma vie professionnelle et personnelle. Enfin, je ressens dans mon corps à quel point ce projet est juste et à quel point je suis à ma place.

Aurais-tu un message à faire passer aux restaurateurs qui vont en 2021 changer de voie suite aux conséquences de la crise ?

Cela m’a pris plusieurs mois pour accepter la fermeture de notre établissement, mais à partir du moment où j’ai accepté la situation, les idées sont revenues : j’ai eu l’idée de créer ma société, je me suis formée et j’ai commencé à organiser des événements entre les deux confinements. La créativité est revenue à partir du moment où j’ai accepté l’incertitude et le fait que je n’aurai plus jamais la même vie qu’avant. Pour pouvoir se réinventer, on est obligés de laisser mourir quelque chose. En bref : n’attendez pas que les orages passent, apprenez à danser sous la pluie !

Quelle est la phrase positive ou le mantra qui te booste dans ta reconversion ?

J’ai plusieurs mantras qui me portent et que j’ai affichés sur un tableau de visualisation dans mon bureau : « Sois le changement que tu veux voir dans le Monde » (Gandhi), « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin », « Souriez sans raison et la raison suivra »…

La communauté de l’Optimisme peut-elle t’aider dans ton projet ?

Oui bien sûr. J’ai à cœur de rencontrer et échanger avec les femmes lumineuses et engagées autour de moi dans la région PACA, car c’est le collectif qui nous portera et nous permettra de passer de l’ombre à la lumière. J’interroge d’ailleurs une femme inspirante chaque mois puis je partage l’interview sur mes réseaux sociaux « Minute Apprenti Papillon ». N’hésitez pas à me contacter et à très vite pour de nouvelles aventures positives !

Pour suivre Cécilia:

logo facebook logo instagram logo linkedin

Contact: minute.apprenti.papillon@gmail.com

Vous aimerez aussi…

De psychiatre à illustratrice BD: le parcours hors norme de Claire Le Men

 

Boostez cette initiative !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Stay Home

3 habitudes pour rester optimiste pendant le couvre-feu

Valeurs

Nos valeurs, parlons-en ! Par Hélène Gourlain