BravoBravo EngagéEngagé Bonne idéeBonne idée MerciMerci CourageuxCourageux ResponsableResponsable

Ce qu’on n’apprend pas à l’école, ou pourquoi les jeunes voient le monde différemment ?

Ce qu'on n'apprend pas à l'école

A 20 ans, Victoria Guillomon s’est lancée dans l’écriture. « Ce qu’on n’apprend pas à l’école » est un cri du cœur et d’optimisme pour réveiller un monde endormi par les écrans. Voici un livre qui est une ode réaliste à sa génération, à la jeunesse qui nage parfois à contre-courant d’une société souvent déstabilisante. Rencontre avec Victoria pour mieux comprendre pourquoi les jeunes voient le monde différemment aujourd’hui.

Peux-tu nous dire, ce qui à 20 ans, t’a conduite à écrire un livre qui s’intitule « Ce qu’on n’apprend pas à l’école » ? Quel a été le déclic ?

L’écriture a commencé après un voyage humanitaire en Inde, dans les bidonvilles de Jaipur. Après deux mois passés avec ces enfants qui n’ont rien de matériel mais qui sont pourtant si riches humainement, j’ai compris. J’ai compris cette illusion qui nous berce depuis la tendre enfance, celle du bonheur matérialiste. Et j’ai déconstruit, avec pour seul échappatoire l’écriture.

 » Ce qu’on n’apprend pas à l’école », ce livre a pris forme malgré moi, et il traduit 4 années de construction personnelle, de mes 18 à mes 22 ans. A cet âge où l’on se cherche, où l’on a peur parfois, de l’avenir, des choix, de l’amour. J’ai écrit pour moi, sans penser qu’un jour il tomberait dans les mains de centaines de personnes. J’ai écrit avec le cœur pour dénouer ces questions existentielles que je me posais, pour figer mes réflexions, pour grandir et évoluer. Et un jour, je me suis dit « pourquoi pas le partager, finalement »?

Quelles sont les 3 principales leçons que tu as apprises hors des bancs de l’école et que tu aimerais nous partager aujourd’hui ?

L’intuition ne trompe jamais.

Tester plusieurs projets ne veut pas dire s’éparpiller, au contraire, c’est en testant que l’on apprend. OSER.
Cultiver des moments à soi, dans la nature, loin de toute distraction, est ce qui régénère le plus – (et non, ça n’est pas dans les magasins que l’on comblera notre vide intérieur… c’est en lui faisant face)

Qu’est-ce que l’école t’a tout de même appris avant de prendre ton envol pour « l’école de la vie » ?

L’école m’a appris l’ouverture d’esprit et l’esprit critique. Alors que j’étais cette petite fille qui disait oui à tout et n’osait pas s’affirmer, j’ai appris à former ma propre opinion et à l’affirmer. L’école est une ouverture aux autres et au monde. C’est un fabuleux outil pour cultiver notre curiosité. Et la curiosité est ce qui rend la vie pimentée.

Pourquoi considères-tu que les jeunes voient le monde différemment ? Que signifie d’ailleurs pour toi « voir le monde différemment » ?

Je crois que ma génération a compris cette utopie qui nous berce depuis la tendre enfance. Celle du toujours plus, de la croissance infinie dans un monde fini. Et on ose réveiller une société endormie par les écrans, qui vit trop loin de ses rêves pour se conformer aux injonctions d’un monde malade.

On comprend, petit à petit, que ces modèles que l’on suit à la lettre sonnent faux et ne sont pas viables. Ni pour nous, ni pour l’équilibre de la planète. Le lien est direct : la croissance des cas de burnout grimpe en parallèle de la multiplication des catastrophes naturelles. A force d’hyperconnexion, on s’éloigne de nous, des autres, et de la nature. On se fait du mal et on lui fait du mal.

Alors on bouscule et on ose voir le monde différemment. On le regarde avec le filtre de ce qui compte vraiment dans une vie. Les bonheurs simples, l’altruisme, le partage, la joie. On essaie en tout cas, parce que ça n’est pas évident que d’avancer à contre-courant dans une société qui nous culpabilise de ne pas aller assez vite, qui prône la performance et les likes à tout va. Alors on essaie, mais on sait, et c’est déjà beaucoup. On n’est plus dans l’ignorance.

Ton livre est-il une lettre ouverte à ta génération? Qu’as-tu envie de dire à ta génération ?

C’en est une, oui ! Tous, on se pose ces questions du sens, de ce que l’on veut. Tous, on galère à répondre à cette fameuse question « et toi, qu’est-ce que tu veux faire dans ta vie ? » ça fait peur, ça clive, ça tue notre créativité. On nous pousse à devenir la copie conforme de notre voisin, mais pas celle de nous-même.

Et pourtant, c’est en cultivant ce que nous avons au plus profond de nous que l’on impactera notre vie, celles des autres, et la société dans son ensemble.

J’encourage plus que tout à multiplier les rencontres, les voyages, les expériences, les détours et les prises de risque. Aller confronter nos peurs pour ne plus avoir peur de vivre. Parce que c’est un mélange de tout ça qui nous fait réellement grandir et sentir vivant.

Une question que beaucoup de jeunes se posent est : « comment trouver ma voie dans ce monde chahuté ? » Qu’aurais-tu envie de dire à tous ceux de ton âge qui ont du mal à se frayer un chemin de nos jours, se sentent perdus et ne savent pas quoi faire de leur vie ?

J’aimerais leur dire d’y croire, quel que soit leur chemin.

De croire en leurs rêves, en une vie qui cogne et qui ne demande qu’à ce qu’on l’écoute, qu’on lui fasse confiance. C’est un long travail que d’y arriver, mais se détacher du regard des autres est primordial. Au fond de nous, on sait ce qui est bon, mais on ne sait plus nous écouter, trop occupés à combler nos vides par diverses occupations et écrans fictifs. 

Il faut y aller, tenter, agir, ne pas rester figés, jamais. Être dans l’action pour que notre chemin se dessine petit à petit, et ne jamais baisser ne serait-ce que d’un cran nos ambitions. Troquer une heure de swipage Instagram par une heure de balade en solitaire dans la nature, ça change tout à notre équilibre mental. Et naturellement, les réponses à nos questions arrivent.

Vous souhaitez en savoir plus sur Victoria Guillomon, cliquez ici :

infomation catherine testainstagram catherine testalinkedin catherine testa

Retrouvez son podcast « Nouvel Oeil » en cliquant sur l’icône. Podcast disponible sur Deezer, iTunes et Spotify.

infomation catherine testa

Michel Poulaert

Pour réussir Osez échouer, interview de Michel Poulaert

fables droles

A lire : des fables drôles pour aborder les grands thèmes du développement personnel