Zèbre et HP: un rendez-vous pour démystifier ces appellations

zèbre

Vous la savez, les thématiques du Zèbre et du HP nous intéressent et nous les abordons régulièrement, au gré des témoignages de nos lecteurs. Sans jugement aucun, nous interrogeons, observons et recensons vos avis et vos ressentis.

Face aux nombreuses demandes, nous avons décidé d’en parler au cours de la saison 2021 du Club de l’Optimisme, en compagnie de Clara Martins, coach, Zèbre et maman d’un enfant HP.

Nous aurons la joie de l’accueillir le mardi 6 juillet à 19h00 sur Zoom pour en parler librement ! A partir de son expérience, nous tenterons de démystifier ces termes et d’apporter des éclairages à tous ceux qui se posent des questions ainsi qu’aux parents d’enfants qui « sortent du moule ».

En attendant, voici le portrait de la pétillante Clara, une Zèbre qui s’assume !

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Clara Martins, 48 ans. Je suis quelqu’un de bienveillant, d’empathique, d’hypersensible et j’ai passé la moitié de ma vie « à côté de moi ». Je ne me sentais pas à ma place, j’avais du mal à me positionner par rapport aux autres et aucune confiance en moi. Aujourd’hui, après un parcours long et exaltant, je suis heureuse d’être moi et la plus belle histoire d’amour de ma vie 😊.

Sur ton parcours, tu te découvres « Zèbre ». Peux-tu nous expliquer ce qu’est un « Zèbre » dans tes mots ?

Un zèbre est une personne qui a de nombreuses caractéristiques, l’une d’entre elle est d’avoir horreur de se sentir « enfermée » dans une case. 😊

Le mot zèbre vient du fait que dans la savane, il se fond dans le décor et c’est le seul équidé qu’on ne sait pas dresser.

En quelques mots, un zèbre fonctionne avec une pensée en arborescence (c’est la tempête sous son crâne), a des idées très tranchées, une forte intelligence émotionnelle, se sent très souvent en décalage par rapport aux autres, est hypersensible et vif d’esprit.

En un mot, un zèbre est « trop » et tout le temps !

Comment t’es-tu découverte « Zèbre » ? Quel a été ton cheminement ?

Mon fils a été diagnostiqué à 3 ans et demi devant mon « incapacité » à l’éduquer. Je n’avais pas pris en compte que « la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre. »

C’est devant mon mal-être persistant (à cause de ma suradaptation permanente pour ressembler à ce qu’on attendait de moi) que je me suis penchée sur la question 7 ans plus tard, à 40 ans.

J’ai alors découvert que je l’étais aussi, 8 ans après le diagnostic de mon fils.

J’ai ensuite réalisé un long travail sur moi pour naître une seconde fois et enfin être alignée sur mon chemin de vie et accepter d’être moi.

Qu’est-ce que cette découverte a changé en toi ou dans ta manière de voir la vie et les autres ?

Pour moi, poser des mots a eu un double effet : déculpabilisant (de me sentir en décalage permanent et « bizarre ») et anxiogène (j’ai 40 ans mais qui suis-je exactement ?). Après une période d’adaptation, ce fut libérateur. Je me suis enfin sentie libre d’être moi.

Cela m’a permis d’accéder à mon rêve ultime : créer ma structure et partager mon expérience afin de guider les zèbres qui s’ignorent dans la découverte de qui ils sont vraiment. Faire en sorte qu’ils se recentrent sur leurs besoins fondamentaux et s’assument tels qu’ils sont !

On parle souvent « d’effet de mode »… Pourquoi la thématique du « Zèbre » peut-elle, selon toi, cliver ou générer des suspicions ?

Je vois ici et là des gens qui disent que de savoir qu’on est zèbre a peu d’importance. Je suis plutôt d’accord avec ça, à une seule condition : qu’on soit heureux. Je passe mes journées à accompagner des zèbres qui s’ignorent et qui ne sont ni épanouis, ni heureux dans leur vie. C’est pour ces gens là que le « diagnostic » est important, voire vital.

Ça permet de passer par les 3 phases suivantes :

  • Phase de connaissance/savoir
  • Phase d’assumer/faire avec
  • Phase d’oubli afin de ne pas s’enfermer dedans. C’est cette phase-là qui est formidable car tu t’autorises à vivre, à être toi pleinement et à développer ton potentiel !

Pour nos lecteurs qui s’interrogent, comment peut-on savoir si on est « Zèbre » ?

Quelques caractéristiques qui me viennent spontanément en tête sont :

  • L’hypersensibilité (gestion difficile des émotions et un entourage qui peut trouver nos réactions exagérées)
  • Être vif d’esprit avec des connexions à grande vitesse dans « la machine à penser » qu’est le cerveau
  • Faire sans cesse des associations d’idées (par exemple : entendre une parole qui nous fait penser à une chanson qui nous ramène à un moment de notre vie, etc…)
  • Avoir un GROS souci avec l’injustice
  • Avoir des idées assez tranchées !
  • Avoir les 5 sens exacerbés
  • Cultiver un côté enfantin (enthousiasme et naïveté)
  • Vivre avec une sensation de décalage constant par rapport au monde (par exemple avoir une réponse immédiate à une problématique alors que les autres galèrent ou au contraire bloquer sur d’infimes détails)
  • Avoir besoin de sens dans tout ce qu’on fait et conserver un côté idéaliste des choses.
  • Manquer de confiance en soi
  • Être perfectionniste, exigeant et dans le doute très souvent

Comment as-tu intégré cette facette de toi dans tes projets professionnels?

J’ai toujours dit que je n’aurais JAMAIS de société : trop compliqué et trop de responsabilités. C’est en partie le fait de me savoir zèbre qui me stimule aujourd’hui et qui me pousse à aller vers ce qui me fait peur. C’est exaltant et inspirant.

Quand je vois mon évolution à travers Conciliendre (créé en mai 2020) et où j’en suis aujourd’hui, c’est en théorie impossible à atteindre je pense 😊. Ça fascine d’ailleurs mon entourage.

Nous sommes nos propres limites ! Je ne fais rien de merveilleux en fait, je suis juste moi ! Et, quand tu te prives de ce bonheur une bonne partie de ta vie, le jour où tu l’es, et bien c’est très stimulant !

En juillet, nous avons la joie de t’accueillir au Club de l’Optimisme. Qu’aimerais-tu transmettre aux participants à cette occasion ?

L’idée est pour moi de témoigner de mon histoire et de participer à l’éveil des consciences.

Partager d’abord mon histoire de maman :

  • Comment s’adapter aux spécificités d’un enfant « hors cadre » et se faire confiance. L’idée est de l’éduquer au mieux envers et contre tous les avis « bienveillants » environnants qui accentuent les doutes et donc le mal-être
  • Comment gérer sa scolarité qui souvent est très compliquée ?
  • Comment faire en sorte de lui apporter les outils pour que lui aussi soit épanoui dans ce monde ?

Partager mon histoire de femme :

  • Comment faire en sorte d’être à sa place dans sa vie et dans ce monde ?
  • Comment comprendre que se suradapter en permanence et vouloir plaire à tout le monde n’amène qu’à sa propre perte ?
  • Comment comprendre que pour être heureuse à deux, il faut d’abord être heureuse seule ?

Un mantra qui te booste au quotidien ?

Un jour je suis née, depuis j’improvise !

Pour en savoir plus sur Clara 

Son site Internet: ICI 

if social media instagram black 1885169 1 logo linkedin logo youtube

Logo Club vertA propos du Club de l’Optimisme

Toute l’année, de janvier à novembre, 30 intervenants se succèdent sur des sujets passionnants afin de booster notre optimisme, de vivre des expériences et de faire des rencontres enrichissantes. Retrouvez toute la programmation 2021 sur le site du Club de l’Optimisme ainsi que les pass pour y participer.

Les évènements ont lieu sur Zoom tous les 3 premiers mardis de chaque mois.
Infos sur le Club: eva@loptimisme.com

Rendez-vous le 06 juillet à 19h00 sur Zoom avec Clara au Club de l’Optimisme

Vous inscrire: ICI 

A lire aussi…

[DECOUVERTES] 3 chansons pour mieux comprendre les Zèbres

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
regard

Comment se détacher du regard des autres ?

treedom

TREEDOM : Pourquoi L’Optimisme a décidé de planter des arbres ?